Journal de la Médina

par la communauté, pour la communauté

L’histoire de ce projet commence avec les membres fondateurs : Raoul Cyril, Zaineb Medyouni and Emily Sarsam, qui créent le Journal de la Médina en automne 2015. Le Journal de la Médina est une initiative portée par des habitants de la médina de Tunis. Ce journal vise à souder la communauté de la médina, à être le lien entre tous les membres de la médina. Le but principal est l’esprit collaboratif et participatif du journal.
Il s’agit de rapprocher le plus possible les gens de la Médina. Le choix de l’écriture s’est donc porté essentiellement sur le dialecte tunisien – el derja. Quelques passages sont traduits en anglais et en français pour toucher une plus vaste audience.
Les thèmes de chaque édition du journal sont choisis pour toucher tous les habitants et pour faire en sorte que tous puissent participer. Pour la première édition du journal, le thème est le « Jaw », l’atmosphère médinale, qui est traitée sous tous ces différents aspects.
Pour la seconde édition, le thème choisi fut « Les visages », que ce soit en rapport aux visages des bâtiments, c’est-à-dire les façades ou les visages des gens. Pour la troisième édition, le thème était « Dhakkarni ». La visée est donc de permettre la participation de chacun autour de sujets qui concernent tous.

Les créateurs du journal sont des habitants de la médina qui regrettaient que la culture de la participation n’existe pas assez en Tunisie – sans doute à cause de la dictature. Le but est que l’esprit participatif devienne une habitude. En effet, la médina aujourd’hui risquait d’être seulement évoquée pour des problématiques de préservation architecturale. Le journal de la médina permet de placer davantage l’accent sur une autre très grande richesse de la médina : la communauté qui la constitue et qui la fait vivre.
Le journal de la médina est donc un journal fait “par la communauté, pour la communauté”, un journal qui s’appuie sur la notion de proximité, et qui contrairement aux autres journaux qui se concentrent sur des célébrités, fait des habitants de la médina des célébrités.
Le collectif Doolesha a également une rubrique dans le journal, dédiée aux balades dans la Médina.
Aujourd’hui, le journal de la médina s’est ouvert à d’autres problématiques et s’est enrichie de différentes visions. Il ne concerne plus uniquement la médina mais toutes les problématiques liées au grand Tunis, notamment les problématiques d’urbanisme et d’espace public. Le journal est donc devenu une plateforme critique qui recense les enjeux urbains, propose différentes visions, met l’accent sur un développement durable du grand Tunis.

The story of this project begins with the founding members: Raoul Cyril, Zaineb Medyouni and Emily Sarsam, who created the Journal of the Medina in autumn 2015. The Journal of the Medina is an initiative carried by residents of the medina of Tunis. This newspaper aims to weld the community of the medina, to be the link between all the members of the medina. The main goal is the collaborative and participative spirit of the newspaper.

It is about bringing people as close as possible to the Medina. The choice of writing therefore focused mainly on the Tunisian dialect – el derja. Some passages are translated into English and French to reach a wider audience.

The themes of each edition of the newspaper are chosen to reach all residents and to ensure that everyone can participate. For the first edition of the newspaper, the theme is “Jao”, the atmosphere, which is treated in all these different aspects.

For the second edition, the theme chosen was “Faces”, whether in relation to the faces of buildings, that is to say the facades or the faces of people. For the third edition, the theme was “Dhakkarni”. The aim is therefore to allow everyone to participate around subjects that concern everyone.

The newspaper’s creators are residents of the medina who regretted that the culture of participation does not exist enough in Tunisia – presumably because of the ancient dictatorship. The goal is for the participatory spirit to become a habit. Indeed, the medina today risked being only mentioned for issues of architectural preservation. The medina newspaper allows us to place more emphasis on another very great wealth of the medina: the community which constitutes it and which brings it to life.

The medina newspaper is therefore a newspaper made “by the community, for the community”, a newspaper which is based on the concept of proximity, and which unlike other newspapers which focus on celebrities, is made up of residents of the celebrity medina.

The Doolesha collective also has a section in the newspaper, dedicated to walks in the Medina.

Today, the medina newspaper has opened up to other issues and has been enriched by different visions. It no longer concerns only the medina but all the problems linked to Greater Tunis, in particular the problems of town planning and public space. The newspaper has therefore become a critical platform that identifies urban issues, offers different visions, emphasizes the sustainable development of Greater Tunis.